Broyer du rose !

9 11 2008

Rupture, changement…Le congrès de Reims reprend la thématique du « tout changer » de la dernière élection présidentielle. A ce petit jeu, c’est Ségolène Royal qui représente la mieux, aux yeux des militants socialistes, la rupture avec le parti né à Epinay en 1971 !

Pour autant, la Présidente de la région Poitou Charente n’a pas obtenu un score suffisant pour lui permettre d’imposer seule sa motion. Elle devra donc trouver un consensus avec les représentants des autres courants internes. Difficile, dans ces conditions qu’elle accède à la fonction de premier secrétaire du parti, tant elle focalise les inimitiés de bon nombre d’élus socialistes.  Le « clan Royal » s’est pourtant engagé à communiquer le nom de son candidat avant jeudi, jour du congrès.

Peillon ? Drey ? Rabsamen ? Les courtisans ne manquent pas, mais arriveront-ils à devenir majoritaires au sein du Parti ?

1.       Le scénario nihiliste…et prévisible !

L’avantage de la motion Royal, c’est qu’elle a le mérite de clarifier la position idéologique du PS…Si, au soir du congrès, elle devient majoritaire, il nous faudra placer le parti « au centre rosé » de l’échiquier politique. Ouverture au MODEM (qu’elle soutiendra au second tour de la prochaine élection présidentielle…), abandon des valeurs socialistes, faux pragmatique politique avec adhésion à la pensée unique./… Le PS « à la papa » sera enterré à la clôture du congrès.

Pourquoi un scénario nihiliste me direz-vous ? En actant la mort du PS comme principale force de gauche, Royal permettra l’éclosion d’un nouveau parti de gauche ! Puisque la nature a horreur du vide, le positionnement laissé vacant profitera au nouveau parti appelé de nos vœux et de ceux de messieurs Mélanchon et Dolez… 

 

2.       Le scénario coup de force à gauche !

Benoît Hamon (que nous continuons à soutenir) pourrait devenir le premier secrétaire du PS à la condition d’obtenir les soutiens des courants Aubry et Delanoë ! A elle trois, ces motions sont majoritaires.

Mais il sera difficile d’obtenir le soutien des « parisiens » sur le fond puisque la motion Delanoë est très proche de celle défendue par Royal : acceptation du libéralisme, ouverture politique au centre ./…

Seul un rejet personnel de Ségolène Royal pourrait conduire les proches du maire de Paris à soutenir Benoît Hamon. Mais quelle serait alors sa marge de manœuvre politique ? Pourra-t-il réellement repositionner réellement le parti à gauche, de façon pérenne, avec une ligne clairement définie et soutenue par tous ? Quelle serait la position des « libéraux » du parti si ce dernier opérait un véritable virage à gauche ? Auraient-ils le courage d’enfin assumer leurs idées en rejoignant qui le MODEM, qui l’UMP ?

3.       La rupture avortée !

Dernier scénario imaginable, les différents courants  trouvent un accord basé sur un consensus mou. Rien ne change sur le fond, sinon le nom du Premier secrétaire du parti ! Evidemment, chacun irait de sa petite phrase pour saluer l’unité retrouvée au Parti…L’hypocrisie politique fait parti intégrante de l’histoire des mouvements politiques en France.

 

En conclusion, les deux premiers scénarii sont souhaitables dans la mesure où ils permettraient un véritable changement de cap avec la mise en place d’une pensée politique clarifiée…et des conséquences intéressantes si les hommes et femmes assument enfin leurs idéaux politiques (enfin, s’ils en ont !)

 

 

.md1.jpg


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Blog Officiel de Martine VA... |
Mouvement Humaniste Algérien |
NOS PORTUGUESES SOCIALISTAS... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le Parti de la France en Li...
| Commission du Développement...
| MoDem Mulhouse